Afghanistan : au moins 300 morts dans un puissant séisme

Afghanistan : au moins 300 morts dans un puissant séisme

Au moins 300 personnes ont été tuées et 500 blessées dans un puissant séisme qui a frappé une zone frontalière isolée du sud-est de l’Afghanistan, dans la nuit de mardi 21 à mercredi 22 juin, selon les autorités, qui craignent que le bilan ne s’alourdisse. « Le nombre de victimes du tremblement de terre jusqu’ici dans les provinces de Paktika et Khost atteint les 300 morts et 500 blessés », a déclaré sur Twitter Mohammad Naeem, un porte-parole du gouvernement.

« De nombreuses maisons ont été endommagées et les gens sont piégés à l’intérieur », a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) le porte-parole adjoint du gouvernement Bilal Karimi. « Nous appelons les agences d’aide à apporter une aide immédiate aux victimes du tremblement de terre afin d’éviter une catastrophe humanitaire », avait-il auparavant tweeté.

La majorité des morts a été enregistrée à Paktika, province afghane frontalière du Pakistan, a déclaré à Reuters Mohammad Nassim Haqqani, qui dirige l’administration nationale de gestion des catastrophes des talibans.

Le séisme, d’une magnitude 5,9, est survenu à une profondeur de 10 kilomètres à 1 heure du matin mercredi, selon l’Institut sismologique américain (USGS). Une deuxième secousse de magnitude 4,5 a frappé quasi au même endroit à la même heure, selon l’USGS.

Selon Yaqub Manzor, un chef tribal de Paktika, de nombreux blessés provenaient du district de Giyan, dans la province, et ont été transportés à l’hôpital par des ambulances et aussi des hélicoptères. « Les marchés locaux sont fermés et les gens se sont précipités [pour aider] dans les zones affectées », a-t-il déclaré à l’AFP par téléphone.

Maisons effondrées, services de secours inadaptés

Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des maisons effondrées dans les rues d’un village, dans cette région rurale pauvre et difficile d’accès. Des vidéos montrent aussi des habitants des zones touchées chargeant des blessés dans un hélicoptère. Limités depuis longtemps en nombre et en capacité, les services de secours sont inadaptés en Afghanistan pour faire face seuls à une catastrophe naturelle majeure.

Le séisme a été ressenti dans plusieurs provinces de la région, et aussi dans la capitale, Kaboul, située à environ 200 km au nord de l’épicentre du tremblement de terre. Il l’a également été au Pakistan voisin, mais aucun dégât ni victime n’y a été immédiatement recensé. Le premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, s’est dit « profondément peiné » par ce drame et a ajouté que les autorités pakistanaises travaillaient à apporter leur soutien à leurs homologues afghanes.

« L’Union européenne suit la situation (…), et se tient prête à coordonner et fournir une aide d’urgence », a également twitté son envoyé spécial en Afghanistan, Tomas Niklasson. L’Organisation des Nations unies a également annoncé étudier les besoins en aide.

L’Afghanistan est fréquemment frappé par des séismes, en particulier dans la chaîne montagneuse de l’Hindu Kush, qui se trouve à la jonction des plaques tectoniques eurasienne et indienne. Ces catastrophes peuvent être particulièrement ravageuses en raison de la faible résistance des maisons afghanes rurales.

Depuis l’arrivée au pouvoir à Kaboul des talibans, en août, l’Afghanistan est plongé dans une grave crise financière et humanitaire, provoquée par le gel de milliards d’avoirs détenus à l’étranger et l’arrêt brutal de l’aide internationale, qui portait le pays à bout de bras depuis vingt ans, et qui revient désormais au compte-gouttes.

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le nouveau site d'actu.mu
Nous sommes toujours en train de tester le site, nous vous remercions pour toutes suggestions. Notre site utilise les cookies afin de vous distinguer des autres utilisateurs, faciliter votre navigation et mesurer l’audience de notre site.